Livre du Cardinal Robert Sarah God or Nothing [Dieu ou rien]

livre du Cardinal Robert Sarah God or Nothing [Dieu ou rien]Tout le monde depuis des mois fait l’éloge du livre du Cardinal Robert Sarah God or Nothing [Dieu ou rien]. Avec raison. C’est un beau texte – une longue interview avec le journaliste français Nicholas Diat –, œuvre d’un beau et saint homme. Il recrée habilement l’atmosphère de son enfance en Afrique ; la sainteté de ses parents, sa famille et son village ; la profonde influence qu’exercèrent sur lui et sur beaucoup d’autres les prêtres européens qui vinrent évangéliser la Guinée.

Aussi étrange que puisse paraître la comparaison, cela me rappelle la description, d’une semblable noblesse, que fit le pape Benoît XVI dans son propre livre/interview Salt of the Earth [Sel de la terre] de son enfance et son adolescence dans un village de Bavière pénétré de fêtes catholiques et de croyances partagées. Pris ensemble – si vous ne l’avez déjà fait, vous devriez les consulter tous les deux –, ils fournissent une peinture harmonieuse d’une vie richement catholique dans des environnements très différents, de la catholicité en tant que phénomène à la fois profondément personnel et en même temps transculturellement universel.

Pour l’un et l’autre, la bonté qu’ils ont trouvée dans la jeunesse ne les a pas aveuglés sur le péché et le mal. Ratzinger était rebuté par les tentatives des nazis pour remplacer par le culte du Volk les vieilles fêtes chrétiennes. Et Sarah vécut sa part de troubles suscités par les « hommes forts » africains et les misérables petits tyrans. Mais pour tous les deux, la familiarité qu’ils eurent très tôt avec le bien les rendit capables de faire face – et d’évaluer exactement– le mal.

Cette rectitude fondamentale rend d’autant plus significatif le résumé que quelqu’un comme Sarah fait de ce que nous voyons aujourd’hui : « La destruction de la vie humaine n’est plus un acte barbare mais un signe de progrès dans la civilisation…Ce n’est plus une sorte de décadence, mais, plutôt une dictature de l’horreur, un génocide programmé dont les puissances de l’Occident sont coupables. Cette campagne implacable contre la vie est une étape nouvelle, définitive dans la campagne impitoyable contre le plan divin »

Source et lire la suite