Le Jeudi Saint

JeudiSaintLa messe du soir en mémoire de la Cène
Avec la messe qui se célèbre le soir du Jeudi de la Semaine Sainte, l’Eglise entre dans les trois jours saints de la liturgie de Pâques. L’unique messe du Jeudi Saint, célébrée « en mémoire de la Cène du Seigneur », est tout orientée vers les mystères de l’Eucharistie, de l’institution de l’Ordre sacerdotal et du commandement de la charité fraternelle.

« Le Christ a accompli l’œuvre de la rédemption des hommes et de la parfaite glorification de Dieu principalement dans son mystère pascal, par lequel, en mourant, il a détruit notre mort et, en ressuscitant, il a restauré la vie. Aussi le Triduum pascal de la Passion et de la Résurrection du Seigneur brille-t-il comme le sommet de l’année liturgique. De même que le dimanche constitue le sommet de la semaine, la solennité de Pâques constitue le sommet de l’année liturgique. » NUAL (n° 19)

« Le Triduum pascal de la Passion et de la Résurrection du Seigneur commence avec la messe vespérale In Cena Domini, la Vigile pascale constitue son centre, et il se termine avec les vêpres du dimanche de la Résurrection. » NUAL (n° 19)

« Le tabernacle doit être absolument vide avant la célébration. On doit consacrer dans la célébration du sacrifice eucharistique les hosties pour la communion des fidèles. On consacrera tout ce qu’il faudra de pain pour donner la communion aussi le lendemain. » (De festis paschalibus n° 48)

 

reposoirhttp://www.ceremoniaire.net/guide/jeudi_st/

Le Jeudi saint, toute Messe sine populo est interdite. [82] En dehors de la cathédrale (où la Messe chrismale est célébrée le matin), une seule Messe, In Cena Domini, est permise – en principe – en chaque église, [83] que tout prêtre peut concélébrer. [84] Cet Office tient lieu des Vêpres. [85] La Sainte Communion ne peut pas, ce jour, être administrée aux fidèles en dehors de la Messe, mais elle peut être apportée aux malades à n’importe quelle heure. [86]

Avec la Messe In Cena Domini, qui se célèbre le soir du jeudi de la semaine sainte, l’Église s’applique à rappeler la dernière Cène, au cours de laquelle le Seigneur Jésus, la nuit même où il fut livré, aimant jusqu’au bout les siens qui étaient dans le monde, offrit à Dieu son Père son Corps et son Sang sous les espèces du pain et du vin, les donna à ses Apôtres en nourriture, et leur ordonna, à eux et à leurs successeurs dans le sacerdoce, de les offrir. [87] Cette Messe fait donc mémoire de l’institution de l’Eucharistie, ou du mémorial de la Pâque du Seigneur, qui perpétue parmi nous, sous les signes du sacrement, le sacrifice de la Loi nouvelle ; elle fait mémoire aussi de l’institution du sacerdoce, qui perpétue la mission du Christ et son sacrifice dans le monde ; elle fait mémoire enfin de l’amour dont le Seigneur nous a aimés jusqu’à la mort. [88]