Le grand crime des bien pensants

pereCe qui vient de se passer à Nice l’illustre et l’aggrave. Cette horreur prend la suite de celles que nous avons connues en France depuis deux ans, pour faire court, comme de celles commises contre les chrétiens d’Orient que nous n’avons pas voulu connaître ! Elle en annonce d’autres, les bien pensants, demeurant pour l’instant les « mieux disant » aux enchères et aux surenchères qui étendent la tyrannie du pouvoir de l’argent.

Car il ne faut pas s’y tromper, quand Bernanos publie en 1931 « La grande peur des bien pensants », il veut lutter contre « la dictature de l’argent qui se révèle comme l’un des obstacles fondamentaux dressés dans la vie des hommes, contre l’irruption du surnaturel, contre la fidélité au message de pauvreté du Christ. » lire la suite et source