Le dimanche des rameaux

        « Avec ce dimanche des rameaux, nous entrons dans la semaine sainte qui va nous conduire à Pâques.

Les rameaux sans la Passion, ce serait risquer de tomber dans la superstition en attribuant des pouvoirs quasi magiques à de simples feuillages. Ce serait surtout se méprendre sur la royauté de Jésus: Jésus n’est vraiment roi que sur la croix… lorsqu’il est dépouillé de tout et, par amour, fait le don suprême de sa vie. Nous sommes nombreux aujourd’hui à
le suivre pour faire la fête en ce dimanche des rameaux, et c’est bien.
Mais combien serons-nous demain à le suivre sur le chemin du service lorsqu’il s’agira de prouver, par notre manière de vivre la vie professionnelle ou familiale, que nous sommes disciples de Celui qui s’est fait serviteur ?
Nous sommes comme ces foules de Jérusalem, tout aussi inconstants… parfois heureux d’accueillir Jésus dans nos vies… mais tout aussi capables de refuser de le voir et même capables de l’éliminer lorsque sa rencontre risque de trop chambouler notre vie…
Les rameaux sans la Passion, ce serait se tromper de bonheur: Jésus ne promet pas un bonheur facile. Si l’on prend le même chemin que Jésus, tôt ou tard il nous faudra rencontrer la croix. Les rameaux sans la Passion et sans Pâques, c’est passer à côté de l’essentiel.

Mais la Passion sans les rameaux, ce n’est guère mieux! Ce serait en effet se complaire de manière malsaine dans la douleur. Ce ne sont pas les souffrances du Christ qui nous sauvent, mais c’est l’amour qu’elles révèlent qui nous sauve !

Ne séparons pas dans nos vies ce que nous unissons dans la liturgie : ces rameaux seront dans nos maisons le rappel que nous voulons être les disciples du Ressuscité; et la croix de Jésus nous empêchera de rêver d’un autre chemin que celui qu’il nous a montré !  «