Conseils pour passer un bon Noël en famille


Se préparer, anticiper, prévoir

Une invitation, par exemple, ou un coup de téléphone pourrait préciser les horaires, le déroulement, l’organisation pour les cadeaux, voire le menu ! C’est une démarche qui permet aux membres de la famille, que l’on reçoive ou que l’on soit invité, de se préparer et de se projeter. Souvent, savoir à quoi s’attendre permet de mieux anticiper et donc gérer ses craintes, ses peurs : peur que cela passe trop vite ou que cela ne se passe pas comme on l’avait imaginé au départ.

Prendre conscience de ses attentes et idéalisations

Être en famille réactive en chacun de nous des moments de joie mais aussi des blessures, des manques, des regrets, des jalousies. À quoi est-ce que je m’attends, au juste ? Serais-je capable de formuler un besoin particulier que je pourrais avoir ? Idéaliser ce moment tant attendu pourrait entraîner des déceptions. Soyons réaliste : lorsqu’on est nombreux à être réunis, ce n’est pas forcément le meilleur moment pour vivre un temps de relation intime. Par ailleurs, plus nous sommes nombreux, plus il est parfois difficile de prendre en compte les besoins de chacun.

Se rappeler l’essentiel

Essayons de mettre de côté nos déceptions pour se rappeler l’essentiel de la fête chrétienne de Noël ! Sommes-nous réunis pour être ensemble ou pour déballer un cadeau ? Pour bien manger ou pour accueillir celui qui n’est pas en forme ? Remettons au centre de la fête les vraies priorités de nos vies et transmettons ce message aux enfants : soyons heureux d’aller à la messe ensemble, de partager un repas, de jouer en famille !

Être présent à ce qui se vit

Oui, on est bien là dans la (méditation) pleine conscience ! Poser son attention à ce qui nous entoure dans les moindres détails, en mettant à l’œuvre nos sens (le feu qui illumine et crépite dans la cheminée, la décoration de la table, les saveurs et les couleurs des plats dans nos assiettes, les mimiques et les rires des plus jeunes…) peut être une grande source de joie et d’émerveillement. Et pour que tout le monde en profite, essayons de simplifier l’organisation, n’hésitons pas à demander de l’aide pour que personne ne soit frustré. Noël, ça passe tellement vite !

Prendre en compte les langages d’amour des autres

Si maman est sensible au service, je lui propose mon aide ; si ma sœur apprécie les cadeaux, je mets le paquet sur le cadeau ! Chacun a son ou ses langages d’amour qui lui sont propres, pour l’un ce sera les moments de qualité, pour l’autre, le service, les paroles valorisantes ou les gestes de tendresse… Soyons attentifs les uns aux autres. Mais encore faut-il connaître les langages d’amour de ses proches.

Initier un temps d’échange

Que puis-je proposer (et non imposer) pour passer un bon moment ensemble ? Une balade, un jeu, une prière, un échange autour d’un album photos. Noël, ce n’est pas (que) consommer, c’est avant tout accueillir l’autre. Dans une famille, chacun est acteur de l’ambiance et de la relation ! Faisons donc notre part. Quelle est ma part, que puis-je offrir ?

Profiter pleinement de ce temps 

Noël, c’est quand même la fête d’un enfant venu sur terre pour nous sauver ! C’est l’exceptionnel dans la simplicité mais ne boudons pas notre joie d’être réunis et faisons de notre mieux pour que tout se passe bien. Prenons plaisir à mettre les petits plats dans les grands si cela nous fait plaisir et émerveillons-nous des petites choses ; c’est la fête !

En limitant les excès

Évitons les excès de nourriture, de cadeaux ou de manque de sommeil, qui pourraient venir gâcher un moment de la fête. Les paillettes pourraient-elles être avant tout dans les yeux et dans les cœurs ?

Faire une trêve, une pause, dans les relations

Et si Noël, c’était avant tout l’occasion de regarder l’autre autrement et non comme d’habitude, à travers son propre prisme ? Et si j’osais poser un regard neuf sur les membres de ma famille, comme si je les rencontrais pour la première fois, ouvert(e) à la rencontre ? En étant dans de bonnes dispositions, recentré(e) sur le message de Noël, cela ne devrait pas être si difficile que ça.

Laisser une place à l’inattendu

À Noël, Marie et Joseph ont accueilli l’inattendu. Jésus est à la fois l’attendu et l’inattendu ! Il ne cesse de nous surprendre, alors laissons-nous aussi surprendre, ouvrons notre cœur à la surprise (une bonne nouvelle ? la neige ?), au changement (de lieu ? de menu ?), à l’improvisation (invité surprise ?).

Joyeux Noël !

( source de l’article )