6 façons de ne pas être intoxiqué par le consumérisme de Noël

Lors de son sermon de Noël l’an passé, le pape François priait les catholiques du monde entier de ne pas se laisser prendre par l’aspect commercial de Noël et d’essayer de vivre aussi simplement que le petit Jésus.

« Dans une société si souvent intoxiquée par le consumérisme et l’hédonisme, la richesse et l’extravagance, les apparences et le narcissisme, cet enfant nous appelle à vivre sobrement. En d’autres mots, à vivre de façon simple, équilibrée, consistante, afin de voir et faire ce qui est essentiel » dit-il.

Le Pape a également rappelé aux croyants qu ’ »au milieu de cette culture de l’indifférence, très souvent impitoyable, notre style de vie devrait être dévoué, empli d’empathie, de compassion et de miséricorde ».

Pour beaucoup, le désir de maintenir la signification spirituelle de Noël entre directement en conflit avec la commercialisation de cette période, et la pression insupportable de devoir dépenser au dessus de ses moyens pour faire des cadeaux.

D’après le sondage Gallup réalisé en octobre aux États-Unis, les Américains prévoient de dépenser 785 dollars en moyenne en cadeaux cette année, et 31% pensent dépenser 1 000 dollars ou plus. La Fédération Nationale du Retail prévoit que les Américains dépenseront 655,8 milliards de dollars pour les fêtes cette année.

Il est bien connu que Noël est devenu synonyme de shopping et malheureusement, de dettes. Mais il est tout a fait possible de trouver un équilibre. La clef est de se rappeler pourquoi nous fêtons Noël, de se concentrer sur ce que nous adorons, ce qui a une signification pour nos familles, et penser aux valeurs que nous voulons inculquer à nos enfants.

1. Pensez au volontariat

Bien qu’il soit facile de se perdre dans le consumérisme de la saison et la culture du « je veux/ donne-moi », il n’est jamais trop tard pour instaurer des traditions familiales qui consistent à aider ceux qui, au sein de notre communauté, ne sont pas aussi chanceux que nous. Il n’est pas trop tard non plus « pour sensibiliser les gens aux conditions de vie des millions de familles et enfants qui vivent dans la pauvreté à travers le pays » rappelle Sherry-Lea Bloodworth Botop, vice-présidente du développement national chez Catholic Charities USA. « Faire du bénévolat en famille est une merveilleuse tradition de Noël. Cela rend humble et inspire les enfants et les familles à passer du temps aux Restos du cœur par exemple, ou à trouver une église ou une association près de chez soi où les dons de nourriture et d’argent sont les bienvenus. »

2. Célébrez l’Avent, pas la frénésie de cadeaux de Noël

Père Brendan Murphy, aumônier de la maison Aquinas à Dartmouth College à Hanover dans l’État du New Hampshire, suggère qu’en plus de se concentrer sur le don, les individus devraient réfléchir à toute la période des fêtes — de l’Avent jusqu’aux douze jours de Noël.

« Il faut bien garder en tête que nous parlons de deux saisons : celle de l’Avent et celle de Noël. L’Avent est une période très pieuse, où l’on réfléchit, on prépare la célébration à venir : la naissance du Christ. Ensuite, Noël est une merveilleuse saison de célébration et de joie » explique le père Murphy.

D’après lui, les familles peuvent inventer leurs propres habitudes et traditions culinaires pour que l’Avent soit une période spéciale et mémorable. « Si l’on ne fait pas attention, on se retrouve tellement occupé que l’on est prêt pour rien. Je pense que prendre le temps chaque jour de penser à ce pourquoi l’on se prépare est très important. »

( source de l’article )