1| Jésus a-t-il existé ?

jesusoui. Son historicité est communément admise. « La naissance du christianisme au Ier siècle est infiniment plus facile à expliquer si l’on postule l’existence de Jésus de Nazareth plutôt que le contraire », résume le théologien Michel Quesnel, au début d’un livre de référence très documenté, Jésus, l’homme et le fils de Dieu.

Si le Nouveau Testament et les écrits des premiers Pères de l’Église constituent le matériau le plus abondant pour les historiens, ces derniers s’appuient aussi sur les témoignages d’auteurs profanes. Dans ses Antiquités juives, l’historien juif Flavius Josèphe (mort vers l’an 100) fait allusion à Jésus, au procès de Jacques, « frère de Jésus appelé le Christ ». Archiviste à la cour de l’empereur Hadrien, Suétone évoque dans sa Vie des douze César des « juifs qui ne cessaient de troubler la cité (Rome) à cause d’un certain Christus ». Tacite, un autre historien romain, décrit l’incendie qui détruisit Rome en 64 et dont l’empereur Néron a rendu les chrétiens responsables : « Ce nom de chrétien leur vient du nom de Christ, qui fut condamné sous le règne de Tibère, par le procureur Ponce Pilate… » (Annales). On trouve d’autres allusions au Christ et à ses adeptes chez le gouverneur Pline le Jeune (61-114), chez le philosophe romain Celse (IIe siècle) et même dans le Talmud de Babylone où fut mise par écrit, au IVe siècle, toute la tradition juive orale : « La veille de la Pâque, on a pendu Yeshu… » Cette accumulation de témoignages juifs ou romains, non suspects de sympathie, sinon hostiles au christianisme, emporte la conviction des scientifiques quant à l’existence historique de Jésus. ( source )

Semaine prochaine : Les Évangiles sont-ils fiables ?